Tout ce qu'il faut savoir sur l'isolation thermique

Tout ce qu'il faut savoir sur l'isolation thermique

Tout ce qu'il faut savoir sur l'isolation thermique

Pour garantir le confort dans un logement, qu’il soit neuf ou en rénovation, il est important d’optimiser son isolation thermique. Le but étant de réduire au maximum les transferts de chaleur dans la maison. En choisissant d’améliorer l’isolation thermique de votre maison, vous réussirez en outre à faire baisser de manière significative votre facture de chauffage. Décidez sans plus attendre de bien isoler votre logement, non seulement pour augmenter votre confort de vie, mais aussi pour faire des économies bien réelles !

Pourquoi bien isoler son logement ?

Une bonne isolation thermique vous garantit de nombreux avantages.

Une qualité de vie améliorée

L’isolation thermique favorise la conservation de la chaleur à l’intérieur de la maison. En plus de réduire les transferts de chaleur, l’usage d’un isolant adapté contribuera également à réduire les déperditions de calories. Peu importe les saisons, le confort thermique au sein de la maison demeure constant. Fini les températures hivernales et les étés trop chauds. En hiver, la chaleur est conservée dans la maison et répartie dans les parties les plus froides, tandis qu’en été, l’isolation de la maison l’empêchera de rentrer à l’intérieur. 

Une économie de chauffage

Une isolation performante vous aidera aussi à faire baisser votre facture de chauffage. En effet, les déperditions thermiques au sein de votre logement seront grandement limitées. Pour diminuer vos dépenses en matière de chauffage et de climatisation, vous aurez donc intérêt à optimiser l’isolation thermique de votre habitation. Cela vous évitera d’ailleurs d’avoir à investir dans des équipements de chauffage trop chers.

Un logement plus durable

Un habitat bien isolé au niveau thermique profitera d’une plus grande durabilité. Il sera beaucoup plus résistant face au temps. Les risques de condensation sont également limités. Un logement à basse consommation d’énergie trouvera d’ailleurs acquéreur plus facilement, si au bout de quelques années, vous décidez de le remettre sur le marché. On accorde en effet de plus en plus d’importance aux performances énergétiques d’une maison. 

Un habitat respectueux de l’environnement

La protection de l’environnement représente aujourd’hui un enjeu de société qui concerne tout le monde. En décidant d’améliorer l’isolation thermique de votre logement, vous faites également un geste pour la préservation de l’environnement. Dans une maison bien isolée, les émanations de gaz à effet de serre sont en effet limitées. Lorsque les besoins en énergie de la maison sont réduits, la surexploitation des ressources énergétiques fossiles est par conséquent diminuée. 


Principe de l’isolation thermique

Le déplacement de la chaleur de l’élément le plus chaud vers le plus froid occasionne forcément une perte de chaleur. L’isolation thermique d’une maison aura pour but de limiter ces transferts de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur. L’objectif est donc de veiller à ce que les parois entre l’intérieur et l’extérieur de la maison freinent efficacement les flux thermiques. Cela permettra en outre de limiter grandement le gaspillage d’énergie. L’isolation thermique va emprisonner la chaleur à l’intérieur de la maison en hiver, et permettra aux habitants de profiter de la fraîcheur en été. 

Isolation et ponts thermiques

Les ponts thermiques désignent les points où la déperdition de la chaleur est la plus importante, à cause d’une barrière isolante très faible. Ils apparaissent principalement au niveau des points de jonction des éléments de la construction, notamment au niveau des sols, des murs, de la toiture, etc. Certains ponts thermiques se situent également au niveau des ouvertures. Ces ponts thermiques entraînent la prolifération de moisissures ainsi que la formation de condensation. 

Pour supprimer ces ponts thermiques, il convient donc d’améliorer l’isolation thermique au sein de la construction en calfeutrant toutes les zones qui génèrent une perte de chaleur. Vous pouvez pour cela utiliser un joint adhésif, un lambris ou encore une mousse expansive. Les professionnels du bâtiment utilisent une caméra infrarouge pour déceler les ponts thermiques au sein d’un habitat. C’est en se basant sur les résultats de leur expertise thermique qu’ils pourront conseiller des solutions adaptées pour optimiser les performances énergétiques de la construction.

Isolation et règlementation thermique

Plusieurs réglementations régissant la performance énergétique des maisons sont entrées en vigueur depuis 2007. 

La Réglementation thermique 2012 (RT 2012)

Cette règlementation pour les constructions neuves est la plus récente. Toutes les nouvelles constructions doivent suivre les exigences de la RT 2012, qui limite la consommation d’énergie primaire au sein d’un bâtiment à 50 kWh/(m2.an). Pour ce faire, il faudra utiliser des matériaux de constructions performants et des équipements énergétiques permettant de jouir d’une efficacité énergétique conséquente. Dans un habitat bâti selon les exigences de la RT 2012, la chaleur n’excèdera jamais un certain seuil, et ce, même durant les journées les plus chaudes de l’année et sans devoir utiliser un système de refroidissement quelconque. 

La Réglementation thermique des bâtiments existants (RT Existant)

La RT Existant s’applique au cours des travaux de rénovation au sein d’un bâtiment existant. Que ce soit pour installer ou remplacer des équipements au sein de ce dernier, ou encore pour réaliser des travaux d’isolation thermique, il est indispensable de respecter les exigences de performances thermiques minimales imposées par la RT Existant.

Le Diagnostic de Performance énergétique (DPE)

Ce diagnostic se base sur la consommation d’énergie pour le chauffage, la climatisation et l’eau chaude sanitaire ainsi que sur la quantité de gaz à effet de serre qui émane de l’habitat pour mesurer sa performance énergétique. Il est désormais obligatoire, que ce soit pour la mise en vente ou la mise en location d’un bien immobilier. Le DPE doit être réalisé par un professionnel qualifié.


Comment réussir une isolation de qualité ?

Pour profiter d’un confort maximum dans votre logement, et ce, peu importe les saisons, vous devez faire en sorte que toutes les parois en contact avec l’extérieur profitent d’une bonne isolation thermique. La mise en place d’une isolation thermique efficiente est plus aisée pour les constructions neuves. Pour un logement en rénovation, cela peut s’avérer plus compliqué. 

Avant d’entamer les travaux d’isolation, il faut localiser les parties où les pertes de chaleur sont les plus importantes. Pour ce faire, il est plus judicieux de faire appel à un artisan professionnel pour identifier ces zones de déperditions de chaleur. 

On recommande généralement de commencer par isoler les combles, car près de 30 % des déperditions de chaleur au sein d’un habitat proviennent de la toiture. Il faut cependant remplacer les parties en mauvais état (chevrons, poutres ou autres éléments de la charpente) avant de procéder à l’isolation. 

Continuez ensuite par l’isolation des murs, qui engendre jusqu’à 25 % de pertes de chaleur. Les murs à isoler doivent être sains. N’hésitez pas à les réparer si besoin. Viendront ensuite les fenêtres (10 à 15 % de déperdition thermique, les sols (7 à 10 %) et enfin les ponts thermiques (5 à 10 % de déperdition de chaleur). Il ne faut également pas oublier le système de renouvellement de l’air ambiant, qui occasionne 20 à 25 % de déperdition thermique au sein d’un bâtiment. 

Il faut aussi vérifier avant le début des travaux que le système de ventilation du logement fonctionne correctement. Une mauvaise ventilation peut en effet induire des problèmes d’humidité ou des phénomènes de condensation. Bien évidemment, pour une isolation performante, il faut obligatoirement opter pour des isolants garantissant une bonne résistance thermique. Une pose dans le respect des normes en vigueur représente également l’une des clés pour une isolation réussie. 

Votre artisan peut toutefois vous indiquer, en se basant sur le diagnostic thermique qu’il a réalisé, les travaux prioritaires à effectuer en matière d’isolation. 


Isolation thermique : par l’intérieur, par l’extérieur ou par insufflation ?

Pour l’isolation thermique de votre logement, vous avez le choix entre différentes techniques. Peu importe celle que vous choisirez, vous devrez toujours veiller à ce que votre système de ventilation fonctionne de manière opérationnelle. Procédez aux réparations nécessaires si besoin.

L’isolation thermique par l’intérieur

Cette solution est très certainement la plus abordable et la plus facile à mettre en œuvre en matière d’isolation. On peut y avoir recours lorsqu’il n’est pas possible de réaliser une isolation par l’extérieur. Le principe de l’isolation thermique par l’intérieur est relativement simple : il faut isoler les combles et utiliser un isolant adapté sur la surface intérieure des murs de l’habitat. Cette solution présente des atouts non négligeables : 
  • Solution économique et simple à mettre en place
  • Optimisation de l’efficacité thermique globale
  • Isolation phonique optimisée en cas de recours à une solution thermoacoustique pour l’isolation
  • Diminution ou suppression totale de l’effet « paroi froide ».

Mais, l’isolation thermique par l’intérieur présente également quelques désagréments :
  • Surface habitable réduite
  • Perte de l’inertie des murs
  • Travaux nécessitant l’évacuation temporaire des habitants
  • Nécessité de revoir le plan électrique ainsi que l’aménagement intérieur.


L’isolation thermique par l’extérieur

L’isolation thermique par l’extérieur ou ITE est sans conteste la technique la plus performante. Vous pouvez miser sur cette dernière pour isoler vos murs ou encore votre toiture. L’ITE offre de nombreux avantages :
  • Performance thermique renforcée
  • Suppression d’une très grande partie des ponts thermiques
  • Inertie thermique des murs préservée
  • Ne nécessite pas l’évacuation des habitants et ne perturbe pas leur quotidien
  • Peut être couplée à un ravalement de façade
  • Répond parfaitement aux exigences de la réglementation thermique actuelle
  • Mise en œuvre simple
  • Surface habitable inchangée

L’ITE compte également plusieurs inconvénients :
  • Solution plus onéreuse
  • Accord des services de l’urbanisme indispensable pour les travaux
  • Ne convient pas pour tous les types d’habitat (il est indispensable de se conformer aux règles d’urbanisme applicables dans votre commune)
  • Modification de l’aspect extérieur du logement


L’isolation thermique par insufflation

Vous pourrez recourir à cette technique pour l’isolation de vos murs, cloisons, planchers, combles et toitures. Elle vise à infiltrer des isolants performants dans les zones difficilement accessibles avec les techniques d’isolation classiques. L’isolation par insufflation est principalement utilisée pour les constructions neuves. Le procédé en lui-même consiste à aménager un caisson en dessous des poutres. Il suffit par la suite de le remplir du matériau isolant choisi. 

Quel isolant privilégier ?

On distingue plusieurs types de matériaux isolants. Il convient de choisir celui qui est le plus adapté en fonction des éléments à isoler.

Les isolants naturels

Ces matériaux d’isolation peuvent être d’origine animale (plumes de canard, laine de mouton, etc.) ou végétale (liège, ouate de cellulose, fibre de bois, laine de chanvre, lin, laine de coton, etc.). Ils peuvent être vendus en vrac, sous forme de rouleaux, de panneaux, de plaques ou encore sous forme de dalles. Les isolants naturels sont appréciés pour leur performance, mais aussi pour leur côté écologique. Ces matériaux sont en effet recyclables et leur fabrication exige une faible consommation d’énergie. Le prix de certains isolants naturels, comme la laine de mouton, n’est pourtant pas toujours donné.

Les isolants synthétiques

Ce type d’isolant se présente généralement sous formes de panneaux ou de mousse. Parmi les principaux matériaux synthétiques que l’on utilise pour l’isolation thermique, on retrouve notamment le polystyrène et le polyuréthane. Malgré leur faible coût et leur performance thermique, ces matériaux n’en présentent pas moins des inconvénients de taille : 
  • Matériaux non recyclables et dégradables
  • Émanation de gaz toxique (en cas d’incendie)
  • Consommation d’énergie importante lors de leur fabrication


Les isolants minéraux

Les isolants minéraux, à l’instar de la laine de roche, de la laine de verre, du verre cellulaire ou de la perlite garantissent une performance thermique non négligeable. Ils sont disponibles en vrac, mais aussi sous forme de panneaux ou de rouleaux. On privilégie ces matériaux pour les travaux d’isolation intérieure, comme l’isolation des combles et de la toiture. Leur prix est beaucoup plus abordable. Bien qu’ils soient imputrescibles, ils peuvent toutefois se tasser au fil du temps. Ces isolants deviennent d’ailleurs inutiles lorsqu’ils sont confrontés à des problèmes d’humidité. 

Tout comme pour les isolants synthétiques, la production de matériaux d’isolation d’origine minérale requièrent également beaucoup d’énergie. Veillez à toujours porter des équipements de protection lorsque vous les manipuler, car ils peuvent irriter la peau, les yeux et les voies respiratoires.

La brique monomur et le béton cellulaire

Ces deux matériaux garantissent également une isolation thermique performante. Ils respectent d’ailleurs parfaitement les exigences de la RT2012. Leur fabrication requiert beaucoup moins d’énergie que pour les matériaux traditionnels. Leur coût est également plus intéressant que celui des matières plus classiques. 

L’utilisation de ces matériaux dans des travaux de construction exige de faire appel à un artisan qualifié, car leur manipulation nécessite un certain niveau de technicité. Dans les régions froides, il est indispensable de recourir à une isolation supplémentaire, même si l’on a déjà employé du béton cellulaire ou du monomur dans la construction des murs et des cloisons.


Propriétés thermiques des matériaux d’isolation

Le choix des matières isolantes devra principalement se faire en tenant compte de leurs propriétés thermiques :
  • La conductivité thermique (?) qui est exprimée en W/(m.K) (Watts par mètre par Kelvin) : les isolants les plus performants ont une conductivité thermique moindre. La valeur de la conductivité thermique des isolants synthétiques se situent par exemple entre 0,028 et 0,035 W/(m.K) tandis que celle des isolants d’origine minérale se situe entre 0,032 et 0,04 W/(m.K).
  • La résistance thermique (R) qui est exprimée en m2K/W : les matières dont la valeur de la résistance thermique est élevée possèdent une meilleure capacité d’isolation.

Les valeurs de la conductivité et de la résistance thermique de chaque isolant sont mentionnées sur leurs étiquettes. Mieux vaut également vérifier que le produit est bien conforme aux normes européennes en la matière. La présence du logo ACERMI est aussi gage de qualité. Cela signifie en effet qu’un organisme de certification indépendant a bel et bien vérifié les informations données par le fabricant.

Combien coûte une isolation thermique ?

Le coût d’une isolation thermique va dépendre de plusieurs paramètres : l’élément à isoler, l’isolant à employer, la surface à travailler ou encore le type de pose choisi. Voici une petite idée du budget à prévoir pour des travaux d’isolation thermique :
  • Sols : 20 à 50 €/m2
  • Combles : 20 à 50 €/m2
  • Toiture : 20 à 80 €/m2 pour une isolation par l’intérieur et 90 à 200 €/m2 pour une isolation par l’extérieur
  • Murs : 50 à 90 €/m2 pour une isolation par l’intérieur et 80 à 180 €/m2 pour une isolation par l’extérieur.

Travaux d’isolation thermique : quelles aides publiques ?

Pour financer vos travaux d’isolation, sachez que vous pouvez aspirer à des aides financières, notamment le CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique). Il existe également d’autres organismes attribuant ce type de financement. Ainsi, pour minimiser vos dépenses, n’hésitez pas à vous renseigner et à constituer un dossier auprès de ces derniers. Renseignez-vous auprès de votre mairie ou encore auprès de l’ANAH (Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat) pour connaître les possibilités de financements pour vos travaux d’isolation.  
partager